modified on 27 mai 2011 at 14:12 ••• 3 876 views

Clinique N'Galiema

De Wikinshasa.


Appellations successives : Hôpital Reine-Elisabeth / Clinique N'Galiema (voir aussi Clinique Kinoise, extension de l'ancien hôpital, n° site 624)

Dénomination(s) : Hôpital

Localisation

Commune : Gombe

Adresse  : Cliniques (avenue des)

Quartier :

Lieu-dit :

Latitude : -4.31493 | Longitude : 15.27111

Voir sur : OpenStreetMap | Geonames | OSM/Gmaps | GoogleMaps | YahooMaps

Historique et description

Acteur(s) : Lequy, Richard (architecte-fonctionnaire) ; Service Travaux Publics du Gouvernement Général

Date de réalisation  : 1929-1932 / années 1950

Historique 

Dès l’établissement du poste colonial, les européens peu habitués aux maladies et aux conditions climatiques, devaient faire face aux problèmes sanitaires de la vie sous les tropiques. Plusieurs dispensaires sont construits pour les Européens et les indigènes. Comme les premiers équipements médicaux étaient devenus désuets et se trouvaient répartis dans la ville, le gouvernement décidait dès 1920 de construire des installations plus modernes et mieux situées, un pour Européens (l'hôpital Reine-Elisabeth) et un pour Africains (l'actuel hôpital Mama Yemo). L'hôpital est construit de 1928 à 1934 par l'architecte-fonctionnaire Richard Lequy.

Description 

L'hôpital est situé sur la hauteur dominant le fleuve à la pointe de Kalina pour jouir de la fraîcheur et du panorama. Le plan rationnel de l'hôpital s'inspire notamment des centres hospitaliers de type pavillonnaire en vogue à l'époque en Europe. L'établissement se compose d'une douzaine de pavillons médicaux de style Art Déco. Les pavillons sont implantés dans un jardin arboré, bien orientés et comportent un seul niveau. Chaque pavillon d'un seul niveau est entouré de galeries sur poteaux et surmonté par une triple toiture. Un lanterneau central rehausse la toiture ventilée et diffuse une lumière zénithale. Chaque pavillon est réservé à une discipline médicale et abrite des chambres spacieuses et aérées, équipées dès l'origine d’une salle de bain et d’une garde-robe. A l'époque, l'hôpital présentait un confort équivalent à celui des constructions hospitalières les plus modernes d’Europe. Un peu à l'écart une chapelle est édifiée selon les mêmes principes constructifs.

État de l’œuvre et valeur patrimoniale

État de l’œuvre : état modifié

Valeur patrimoniale :

Sources documentaires

Archives 

- BELGIQUE, Bruxelles, ministère des Affaires étrangères. Archives africaines : GG 15025, GG 15899, GG 15787, 3ième DG 1017, 3ième DG 1483, 3ième 1185, 3ième 1140

- BELGIQUE, Tervuren, Musée royal de l'Afrique centrale. Archives Section d’histoire. papiers Whyms (pseudo GUILLAUME Hélène), 57.80/58.21, Chronique de Léopoldville de 1881 à 1956, pp. 889, 960, 1011, 1024, 1052, 1070, 1089, 1103, 1108, 1109, 1126, 1159, 1160, 1174, 1184, 1199, 1201, 1223, 1226, 1253, 1293, 1300, 1328, 1339, 1356, 1359, 1373, 1391, 1396, 1406, 1407, 1436, 1437, 1443, 1503, 1541, 1569, 1595, 1611, 1625, 1629, 1647,...

Bibliographie 

- TOULIER, Bernard, LAGAE Johan, GEMOETS, Marc, Kinshasa. Architecture et paysage urbains, Paris, Somogy, 2010, p. 60 ; carte de localisation : n° 20, 29.

- « Les hôpitaux pour Européens et Indigènes construits ces dernières années à Léopoldville », L’assistance Hospitalière, n°1, janvier-février 1934.

Identifiants inventaire

Numéro d’inventaire : 24 | Numéro dans l'atlas général : 017

Date d'enquête : octobre 2009 | Nom de l'enquêteur : équipe Marc Gemoets Bernard Toulier

Sites liés

Clinique Kinoise

Iconographie

  • Illustrations actuelles (PA)
  • Documents anciens (PH)
  • Dessins d'architecture (DA)